L’APPEP vous souhaite une bonne année 2018.

 

Cette année 2017 a été pour notre association, comme l’année précédente, une année de veille.

 

Le Comité de l’APPEP, formé de 7 membres bénévoles, tous enseignants à plein temps, vise à assurer, comme chaque année, les fonctions statutaires qui lui sont attribuées (participation à la Commission de Conciliation avec l’AVDEP – recherche de conciliation pour des cas de conflit individuel employé/employeur – et à la Commission Participative avec le DFJC – traitement des demandes d’autorisation d’enseigner et de diriger une école; réunion annuelle du Conseil Professionnel avec l’AVDEP; réponses aux demandes d’informations, de conseils des enseignants).

 

S’il s’agit d’une année de veille, c’est à la fois parce que les membres du comité de l’association ont peu de temps à lui consacrer étant donné le nombre de leurs heures de service mais aussi parce que vous, les enseignants du privé, ne montraient pas/peu d’intérêt pour une réelle implication dans cette association professionnelle.

 

Ce n’est pas faute d’avoir des problèmes dans vos écoles, car nous sommes, depuis ces dernières années, de plus en plus contactés par des enseignants rencontrant des difficultés et cherchant des conseils individuels pour y faire face.

 

De quoi s’agit-il en bref ? D’enseignants à qui on demande de toujours en faire plus (multiplication des activités hors enseignement stricto sensu) sans rémunération ni reconnaissance additionnelle. D’enseignants dont les vacances ne sont pas correctement rémunérées ou qui sont licenciés pour des motifs discutables et/ou de façon discutable.

 

Les membres du Comité APPEP contactés répondent invariablement à ces enseignants que la Convention Collective de Travail (CCT), qui lie l’AVDEP et l’APPEP, n’est vraisemblablement pas respectée et qu’il y a donc matière à discussion avec leur Direction (pour autant que l’école soit membre de l’AVDEP) éventuellement, si cela est souhaité, dans le cadre d’une Commission de Conciliation.

 

La multiplication de vos problèmes ne vous incite pas à adhérer à l’APPEP dont les membres plafonnent à une soixantaine dont peu sont réellement actifs. C’est dommage car cela ne met pas notre profession en position de force par rapport aux Directions des écoles dans un contexte qui pourtant devient toujours plus difficile pour les enseignants.

 

Bien que l’APPEP ne soit pas un syndicat et ne fournisse donc pas les prestations individuelles de défense habituelles offertes aux salariés syndiqués (le conseil juridique gratuit en cas de litige par exemple), son existence est nécessaire au maintien de l’existence de la CCT signée avec l’AVDEP. Or cette CCT est votre seule protection légale avec le Code des Obligations Suisse (pour mémoire, les enseignants du privé sont exclus de la Loi sur le travail).

 

Outre que cette CCT fournit un cadre à notre pratique d’enseignants (nous vous incitons à la lire, elle est sur le site) et bien qu’elle reste floue sur de nombreux aspects et qu’elle ne soit plus vraiment actualisée par manque de volonté des parties signataires, elle nous garantit quelques avantages importants qui vont au-delà de ce que garantit le Code des Obligations Suisse.

 

Quels sont ces avantages ?

 

  1. Des délais de congé plus longs lors de la résiliation du contrat de travail (ceci est lié au fait que les délais de congé sont fixés plus longs dès la 2ème année de service mais c’est aussi lié au fait que les contrats doivent prendre fin pour la fin d’un trimestre ou d’un semestre civil et non pas pour la fin d’un mois)

 

  1. Une assurance perte de gain pour maladie obligatoire nettement plus avantageuse (couverture pour versement d’un salaire pendant 720 jours et prime payée aux ¾ par l’employeur)

 

  1. Des vacances obligatoires plus importantes (6 semaines au lieu de 4)

 

Ces avantages sont loin d’être négligeables. En tant qu’enseignants dans une école membre de l’AVDEP, nous pouvons nous en prévaloir dans le cadre d’un conflit employé/employeur porté devant la Commission de Conciliation voire d’un conflit porté devant un tribunal.

Ces avantages nous ont convaincus, nous les membres du Comité APPEP, de poursuivre notre activité de veille. L’APPEP ne peut pas disparaître car son existence garantit celle de le CCT qui nous est favorable. Ces avantages devraient vous convaincre, vous enseignants, que notre existence est importante et que votre soutien vaut la peine.

 

Adhérer, c’est défendre ces avantages avec nous. Adhérer, c’est donner plus de poids à notre profession pour défendre nos intérêts dans un contexte défavorable (forte concurrence entre écoles privées de la région et donc forte pression sur les coûts, forte demande de postes de la part d’enseignants à la recherche d’un emploi auprès de ces écoles). Adhérer, c’est nous donner la force de faire respecter cette CCT dans les écoles de l’AVDEP, voire de la faire évoluer.

 

Adhérer c’est facile sur ce site et pas cher (30 CHF par an encore cette année scolaire à venir par virement bancaire) !

 

Rejoignez-nous, faîtes-nous connaître.